Qui sommes nous?   Pourquoi?   Comment?   Moyens   Partenaires   Témoignages

Projet en cours

Programme 2016

Batir des ponts

La mission de Fraternité Banlieues est de toujours créer des ponts.
Les ponts réunissent les gens séparés par un obstacle naturel : un fleuve, ou une gorge profonde.
Le pont réuni les gens différents, et grâce au pont on se découvre mutuellement. L'autre est différent de moi. L'autre a des points communs avec moi.
Le pont me permet d'échanger, et en échangeant on s'enrichi de la culture de l'autre.
Les différences remettent les préjugés des uns et des autres en question. A Fraternité Banlieues on découvre des gens de races et de cultures différentes. On note en passant que la race n'a que peu d'importance, c'est la culture qui compte. On dépasse vite la couleur, le plus difficile c'est de comprendre quelqu'un de culture différente.
A Fraternité Banlieues on découvre ainsi les convergences et les différences entre les religions : la religion musulmane, la religion chrétienne, la religion juive et l'athéisme.
Mais on retrouve les convergences profondes de tous ceux qui croient en l'homme parce que leur foi les rapproches, foi au Dieu unique, ou parce que leur philosophie bien qu'athéiste insiste sur la grandeur et la dignité de l'homme.

Les différents ponts :
L'histoire nous apprend que les villes se créent là où il y a des ponts et que la démocratie est née à partir des villes.
A Rouen et le long de la Seine, nous avons la chance d'avoir de nombreux ponts. Plus la technique avance, et plus nous avons de ponts audacieux qui réunissent des régions autrefois séparées. Le Havre est maintenant près de Deauville. A tel point que l'on parle de faire l'aérodrome de Normandie à Deauville.
Plus on crée des ponts hauts, plus on monte, et plus c'est difficile.
Il faut être vigilent dans la mise en place des projets : il faut créer des ponts pour relier des espaces parfois très séparés, mais en restant vigilant de ne pas gêner d'autres échanges déjà existants. Comme par exemple lorsque l'on construit un pont à haubans, il doit être suffisamment haut pour ne pas gêner les échanges qui se font par le fleuve (ex : Pont de Tancarville, pont de bretonne).
Le fleuve qui représente une barrière naturelle, peut être détourné et devenir également un moyen d'échanges. L'intelligence de l'homme, a détourné un obstacle naturel pour en faire un outil de développement.

De même, plus on est exigeant du côté de notre projet humain et plus ce sera difficile mais en même temps plus cela sera enrichissant.
Il est facile de dire, j'ai un copain musulman, mais c'est autre chose que de boire simplement un coup de café avec lui et d'aller vers un dialogue plus exigeant et difficile quand on avance dans le dialogue de la foi.

Tout de suite, dans notre quotidien, nous sommes amenés à construire des ponts avec tous : l'accueil des réfugiés, l'accueil des nouveaux à l'école.
Il s'agit d'un vrai travail sur l'ouverture d'esprit et l'intérêt à l'autre et aux autres. Les ponts ont permis cela. On crée des ponts entre les générations : jeunes / vieux, entre les noirs et les blancs, les intellectuels et les manuels…
Plus le pont est haut, plus ce sera difficile et il va falloir se surpasser, sachant que certains prennent plaisir à rendre tout complexe et cherchent des complications à n'en plus finir.

 

 

 

 

"Le dernier numéro du journal".

  Accueil | Mentions légales | Contacts |